La France connu de grands rois sous les premiers carolingiens : Charlemagne, Louis Ier le Pieux et Charles II le Chauve. Puis, la puissance des rois baisse notamment face à la montée de la noblesse dont les charges deviennentlouis_iii_et_carloman héréditaires à la fin du IXè siècle/début Xè siècle. Nous avons ensuite le roi Louis II le Bègue qui ne régnera que deux ans de 877 à 879. Entre autre, de par son bégaiement quasi-permanent et de sa constitution maladive, il aura du mal à s’imposer aux grands du royaume qui acquièrent de plus en plus de titres, charges et terres. A sa mort, ses deux fils aînés Louis III et Carloman, lui succèdent, associés au pouvoir. Tous deux sont jeunes et  doivent faire face aux invasions normandes. En 882, Louis III meurt de maladie laissant son frère gouverner seul le royaume. Ce dernier décède en 884 d’une chute de cheval. Les deux frères ne laissaient à leur mort ni femme ni enfants. Dans la logique des choses, la couronne doit revenir à leur demi-frère Charles, fils d’un second mariage de Louis II avec Adélaïde de Frioul. L’enfant en question est né posthume en 879 et est trop jeune pour régner. A aucun moment, les grands du royaume n’envisagent une régence. Il leur faut un roi. Ils vont alors chercher l’Empereur d’Occident, Charles le Gros, petit-fils de Louis Ier le Pieux et donc carolingien et cousin du petit Charles. En juin 885, Charles le Gros reçoit à Ponthion la couronne de France et les serments de fidélités des grands seigneurs. Le règne de Charles III le Gros est marqué, comme les règnes précédents, par les invasions normandes. Ces hommes qui prennent le nom de viking débarquent de Suède, de Norvège et du Danemark. A la fin Charles_le_grosde l’année, les normands arrivent à Paris. Ils sont repoussés par le comte de Paris, Eudes âgé de 21 ans. Ce dernier demande alors de l’aide à Charles le Gros qui n’arrive avec ses troupes qu’en octobre 886. Plutôt que de se battre, Charles III le Gros préfère acheter le départ de l’ennemi en versant un tribut de 7000 livres et leur donne l’autorisation d’aller en Bourgogne (autant dire le droit de piller la région). Eudes et les parisiens refusèrent de s’associer à ce marché honteux et déshonorant. De toute évidence, ce roi est incapable de faire preuve de courage et de défendre le  royaume de France qui lui a été offert. En novembre 887, Charles le Gros est déposé. Il mourra de maladie seul et abandonné de tous en janvier 888 sans descendance. Pour certain, cet empereur ne fut jamais roi de France car il ne mérite pas. Ainsi, il n’est pas rare de le voir sous l’appellation de Charles le Gros plutôt que Charles III le Gros. Simple cousin carolingien de la lignée directe, il ne parvint pas à s’imposer à la France qu’il dénigra au profit de son empire germanique. Le règne de Charles le Gros marque un tournent dans l’histoire du règne des carolingiens : pour la première fois depuis sa création par Pépin III le Bref, c’est un cousin et non plus un fils de roi qui ceint la couronne. Nous verrons par la suite que cette exception ne fut pas la seule.