Née le 2 aout 1670, Marie-Thérèse-Emilie de Joly de Choin dite Emilie, est le seizième enfant du baron Joly de Choin. Par le biais de sa tante Anne-Marie de Bury, Emilie devient demoiselle d’honneur de Marie-Anne de Bourbon, princesse de Conti, demi-sœur du Grand Dauphin. Les critiques ne sont tendres avec Mlle de Joly de Choin. Le duc de Saint-Simon la décrit comme « une grosse fille écrasée, brune, laide, camarde » et la princesse Palatine la trouve «Petite, un visage rond, un nez court et relevé, une grande bouche remplie de dents pourries qui répandait une telle puanteur qu’on ne pouvait la sentir à l’autre bout de la chambre ». Malgré ce portrait assez négatif d’Emilie, c’est pourtant d’elle que va tomber fou amoureux le Grand Dauphin qui se rend souvent chez la princesse de Conti et a tout le loisir de voir la jeune fille de 19 ans. Veuf en 1690, Louis de France s’affiche avec Emilie que toute la cour surnomme « la Choin ». La jeune fille étant laide, il paraît évident que le dauphin fut séduit par le caractère et ses gouts communs avec Mlle de Joly de Choin plutôt que par son physique. En effet, l’héritier de la couronne et Emilie aimaient les arts et les collections de tableaux. En 1694, survient un incident qui est resté dans l’histoire : la princesse de Conti qui est veuve tombe amoureuse de François-Alphonse de Clermont, gendarme de la Garde. Or, il apparaît bientôt que l’homme a également séduit Emilie de Choin et que des lettres s’échangent dans le dos de la princesse et du dauphin. Mais dans le royaume, il n’y a pas une lettre qui ne soit ouverte sur ordre de Louis XIV et c’est ainsi que le roi apprend l’affaire. Marie-Anne est confrontée à son royal père. Celui-ci désapprouve fortement la conduite de sa fille et lui met sous le nez les lettres de son amant. En apprenant que Mr de Clermont conte fleurette à sa demoiselle d’honneur, la princesse de Conti enrage. Sur ce, François-Alphonse est exilé et Emilie chassée de la cour. Le Grand Dauphin qui a tout pardonné à celle qu’il aime parvient à faire plier Marie-Anne et une pension est accordée à Mlle de Choin. Louis XIV s’inquiète de l’intérêt de son fils pour cette femme. Ce à quoi le dauphin répond qu’Emilie est une amie et une confidente. Emilie vit tout d’abord à Paris avant que le dauphin Louis ne l’installe dans son château à Meudon où elle règne en maîtresse. En 1695, il semble bien que le Grand Dauphin ait épousé secrètement celle qu’il avait présenté comme son amie. Ainsi, Emilie de Choin devient « la Maintenon » du dauphin, ayant contracté un mariage morganatique avec Louis de France à l’image de celui entre le roi et Mme de Maintenon. Devenue véritable favorite de Meudon, toute la cour vient s’incliner devant l’épouse secrète si méprisée et critiquée. De cette union avec le dauphin, Emilie eut un fils qui resta dans l’ombre loin de ses parents et qui mourut aussi secrètement qu’il avait vécu sans prénom à l’âge de 2 ans. Lorsque le Grand Dauphin mourut le 14 avril 1711, Emilie ne demanda rien, montrant son désintéressement. Louis XIV lui octroya une pension de 12000 livres. Mlle de Choin s’en alla s’installer à Paris où elle consacra sa fortune à des œuvres pieuses et se fit oublier de la cour. Marie-Thérèse-Emilie de Joly de Choin mourut en avril 1732 et fut inhumée au cimetière Saint-Paul sans grande cérémonie.